Elections en vue

A l’occasion des élections de ce 14/10, les divers partis politiques ont été invités à exprimer leur position  sur la problématique de la caserne aux Aulnes. Ci-après les réponses reçues, sans ordre spécifique :

PS – Alexandre Loffet

Comme vous le savez le PS estime que la construction d’une nouvelle caserne de pompier est une urgence pour que nos pompiers puissent travailler dans de bonnes conditions et assurer correctement la sécurité des citoyens.

À l’heure actuelle, le président de Logivesdre Freddy Breuwer (MR) a signé l’acte de vente à la zone de secours (présidée par le MR Philippe Boury à l’époque). La zone aillant acquis le terrain, c’est là qu’elle réalisera la future caserne.

En ce qui nous concerne, nous souhaitons attendre d’avoir des esquisses et plans concrets avant de rencontrer de manière plus intensive les riverains.

Si vous êtes riverain du terrain, vous aurez remarqué que je suis proche de plusieurs riverains directs. Je suis donc très attentif aux inquiétudes mais aucun riverain des Hougnes ne s’est jamais plaint de la présence des pompiers et de nombreux aménagements seront prévus en faveur des riverains pour maintenir un cadre de vie agréable.

Ce terrain est en zone à bâtir et la Ville n’aurait de toute façon pas eu la possibilité d’empêcher qu’il soit loti.

Nouveau Verviers – Jean-François Chefneux

Voici les observations que je souhaite formuler, au nom de Nouveau Verviers, au sujet du dossier de la caserne des pompiers.

Tout d’abord, pour parler franchement plutôt qu’électoralement, ce genre de dossier provoque toujours des problèmes similaires : l’équilibre entre la recherche de l’intérêt général et la préservation des intérêts individuels (même « collectifs », c’est-à-dire les intérêts d’un groupe de personnes) est toujours complexe a trouver

Pour éviter ce type de problème, Nouveau Verviers propose une « autre » méthode » : la co-construction. En synthèse, aucune idée un tant soit peu consistante et surtout aucun dossier sensible ne devrait être traité en faisant l’économie d’un travail profond, qui doit aller bien au-delà de la concertation. L’idée est de cheminer ensemble, en réunissant les interlocuteurs concernés par la problématiques (riverains/pompiers/autorités/…) pour dégager, après fertilisation des points de vue, une décision la plus conforme à l’intérêt de tous, et à l’intérêt général. Nous avons découvert cette méthode de travail auprès de Jo Spiegel, maire de Kingersheim, en Alsace. Je vous invite à consulter le lien suivant pour une présentation rapide de la manière de fonctionner ce maire, dont les réseaux sociaux ont beaucoup parlé ces dernières années : https://www.youtube.com/watch?v=IP-KkV1swIU. Là-bas, à Kingersheim, rien ne se décide qui ne soit d’abord co-construit. En pratique, cela passe par la création A. d’un espace dédié et B. d’une procédure qui institutionnalise cette méthode de travail. Certains nous ont pris pour des « doux rêveurs » lorsque nous avons parlé de cela. Nous leur avons simplement répondu que cette méthode fonctionnait ailleurs, et faisait le bonheur de cette ville d’Alsace. Jo Spiegel – qui est venu nous voir à Verviers – nous a d’ailleurs proposé de nous aider à mettre en place cette méthode de travail.

Pour le dossier qui vous concerne – et sachant que sauf erreur la seule décision qui soit définitive est celle de l’achat du terrain – Nouveau Verviers ne peut que proposer d’appliquer cette méthode si il devait avoir un mot à dire à l’avenir. Votre comité de riverains serait ainsi non pas simplement consulté mais il aurait un rôle entier à jouer dans un processus réunissant toutes les parties concernées, et dont l’objectif serait d’arriver à la meilleure solution possible pour les intérêts de tous. Et ce n’est qu’en cas d’échec total à trouver un compromis dynamique qu’une pouvoir politique devrait alors arbitrer et imposer. Plusieurs options restent effectivement sur la table, et l’option choisie actuellement pose également des problèmes au regard d’autres objectifs de Nouveau Verviers (préservation du caractère villageois des villages, préservation des espaces verts, etc.).

Je suis conscient que cette réponse dénote un peu. Elle traduit toutefois la conviction de Nouveau Verviers sur le rôle du politique. Il n’est pas le détendeur d’une vérité universelle. La vraie intelligence est collective.

Reste à savoir si nous aurons, après le scrutin, l’occasion de défendre cette conviction.

MR – Maxime Degey

Permettez-moi tout d’abord de repréciser que depuis 2015, le MR n’occupe plus aucune fonction au sein du collège communal de Verviers et n’a donc pas participé aux décisions sur ce sujet, décisions qui ont été très politisées si je peux me permettre.  Aurions-nous pris les mêmes orientations? Il est évidemment impossible de le dire mais en date du 24/04/2017, nous avons interrogé la Bourgmestre sur le sujet en proposant notamment d’autres emplacements pour la caserne  mais sans succès.

Pour reprendre vos  préoccupations:

– On peut effectivement regretter de ne pas rénover le site de l’ancienne caserne, ce choix vient principalement des pompiers eux-mêmes qui prétendent que le site ne convient plus. Si seulement nous n’avions pas attendu 10 ans la caserne serait sans doute possible à rénover.  Le déplacement sur la plaine de jeux était également une bonne idée (en faisant une autre plaine ailleurs) mais là, ce sont les habitants qui ont fait bloc et qui visiblement ont été écoutés contrairement à vous…

– Sur les nuisances, elles sont effectivement différentes que si on y construisait des logements (pour rappel, le terrain appartenait à Logivesdre qui aurait pu y construire des logements sociaux). Les pompiers adoptent des comportements pouvant faciliter la vie aux riverains, la cohabitation actuelle est jugée satisfaisante, nous veillerons à que ce soit la même chose si la caserne s’installe ailleurs.

-Au niveau de l’emplacement, cela sort de mes compétences. La zone de sécurité a donné un avis favorable à l’emplacement, je ne peux que constater cela.

-Sur le dernier point, nous sommes totalement d’accord avec vous. La priorité à Verviers doit  être donnée à la revitalisation des friches avant l’urbanisation des villages, dans ce dossier nous avions d’ailleurs défendu l’idée de mettre la caserne à l’île Adam (quartier abandonné derrière Crescend’eau), nous devons constater aujourd’hui que nous n’avons pas été suivis.

Vous comprendrez donc que nos positions ne sont pas éloignées sur le sujet, nous regrettons principalement trois éléments: le laisser-aller de la caserne actuelle, cela fait plus de 10 ans que nous réclamons sa rénovation! Ensuite, le manque d’étude sérieuse sur le déménagement  de la caserne vers l’île Adam. Enfin, la non concertation des riverains est une catastrophe et le choix vient d’un deal PS-CDH au collège.

cdH – Marc Elsen

Je vous remercie pour votre mail et, comme demandé, je vous transmets bien volontiers  notre retour mais aussi notre engagement dans le cadre du projet de la nouvelle caserne. Nous savons combien cet enjeu est sensible au sein de la population et particulièrement des Riverains.  Nous tenons à vous remercier de votre pondération dans vos propos, qui n’enlève rien, nous l’avons bien compris, à votre détermination à voir pris en compte votre cadre de vie.

Vous ne nous en voudrez pas de sortir de la forme littéraire habituelle, afin de faciliter la lecture…

  1. La situation actuelle est la suivante : le terrain en question est aujourd’hui propriété de la Zone de secours (pas de la Ville de Verviers), celle-ci l’ayant acheté à la Société Logivesdre présidée par Monsieur F. Breuwer.  Pour mémoire, la Bourgmestre de Verviers est une des 19 Bourgmestres de ladite Zone.  Les instances de la Zone de secours lanceront en novembre prochain l’appel à projet d’architecture.  Il est d’ores et déjà prévu dans le cahier spécial des charges qu’une concertation avec les Riverains sera assurée.  Concrètement, le projet d’architecte qui sera sélectionné pourra évoluer en fonction de cette concertation, notamment quant à la localisation précise.
  2. Le projet est donc en marche et fait suite à un long processus lors duquel les autres possibilités ont été clairement analysées par le passé (rénovation de la caserne actuelle ; rénovation et reconditionnement d’un bâtiment existant), tout comme les flux de circulation et les conséquences sur le voisinage.
  3. Nous comprenons bien entendu les craintes des Riverains et elles méritent de continuer à être relayées comme nous l’avons fait dès le départ, de sorte que les nuisances soient minimisées au maximum.  A ce titre, nous trouverions utile d’organiser une rencontre avec les Riverains de l’actuelle caserne afin de mieux identifier et mesurer la réalité de celles-ci.  Nous nous engageons à la mettre sur pied dans les prochaines semaines.
  4. Ceci n’enlève rien à notre volonté de continuer à développer les espaces verts accessibles au public, ce qui, cela dit en passant, n’était pas le cas de l’espace existant, jusqu’il y a peu propriété de la Société Logivesdre.
  5. Nous partageons votre opinion quant à la nécessité de disposer d’une caserne moderne et efficace, respectueuse des conditions de travail des Pompiers de notre Zone, … à Verviers, au bénéfice de l’ensemble de la Population, notamment verviétoise.  Il s’agit en effet d’un important enjeu d’intérêt général.
  6. Nous nous engageons en fonction des responsabilités qui nous seront confiées  ce 14 octobre, non seulement à organiser la rencontre évoquée au point 3, mais aussi à faire en sorte de donner toutes les garanties d’une réelle concertation avec les Riverains, notamment par votre intermédiaire, afin de minimiser au maximum les nuisances suite à l’établissement de la Caserne à Ensival haut.  Cette concertation, à laquelle sont également très attachés les Responsables et le Personnel de la Zone, devant sans doute permettre par ailleurs d’identifier certains problèmes qui dans le même temps pourraient être résolus, notamment en termes de mobilité et de cadre de vie.  Nous nous engageons à y être particulièrement attentifs en tant que responsables communaux.

DéFi – Marija Matula

Il est vrai que cette zone subit déjà de fortes nuisances suite à la proximité de l’autoroute et de sa bretelle d’accès.

DéFI plaide de toute façon pour le maintient des derniers espaces verts dans la région.

En plus, si comme vous le dites, la caserne actuelle peut être remise aux normes, la nouvelle construction présenterait une dépense qui pourrait être allouée à des actions plus utiles.

Ecolo – Jean-Sébastien Mahu

Nous étions intervenu à l’epoque des débats au conseil communal et nous nous étions prononcer en faveur d’un maintien rue Simon Lobet.

Étant moi même riverain du site puisque j’habite rue de jehanster.

Je continuerai à soutenir le maintien rue Simon Lobet jusqu’au bout

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien.